13 juillet 2013

Paradis 05-40 - Charles Dellestable

« Le cœur c'est bien le grenier des souvenirs, non ? Faut faire du tri quand ça affiche complet. »


Auteur : Charles Dellestable
Editeur : JC Lattès
Nombre de pages : 264 pages
14€

sumé :
Maurice a la mémoire qui défaille. Les souvenirs se désagrègent, les mots ne répondent plus, le passé s'éteint. Alors Maurice préfère se taire. Nathalie est auxiliaire de vie. Des rondeurs appétissantes dans une tenue d'Audrey Hepburn, elle s'apprête à devenir une criminelle. Et rien ne la fera changer d'avis.
Entre Marurice et Nathalie, daté de 1940, un journal : celui de Diane, abeille vive et joyeuse de dix-sept ans quand Maurice, son frère n'était qu'un frelon de dix ans. Dans la solitude de leur grande maison, Le Paradis, les jours s'égrènent avec la lenteur d'un drôle de guerre qui n'est pas si drôle. Le père a été mobilisé, le mère se tue à l'attendre, et les deux enfants s'ennuient, s'inventent et se racontent pour faire passer le temps... Au mois de mai, enfin, l'irruption de quatre Parisiens jetés sur la route de l'exode va chambouler l'ordre tranquille du Paradis.
Dans les ruines de la mémoire de Maurice, comme les murs délabrés de la maison, se cache le souvenir d'un moment hors du temps, rayon de soleil volé à une époque grise. Ces quatre cabotins parviendront-ils à faire revivre le Paradis perdu ?

Mon avis :
En pleine débâcle de mai 1940, quatre Parisiens perdus débarque au Paradis perdu, la maison où vit Maurice avec sa mère et sa sœur  attendant que les jours passent et que leur père rentre. Ces quatre excentriques vont redonner à la maison, sa joie d'antan. De nos jours, Maurice commence à perdre la mémoire et demande à son auxiliaire de vie de lui raconter sa vie, d'après ses propres notes. Grâce à la voix de cette femme renaissent ces jours heureux de mai 1940, au fin fond du Périgord.
Raconté à plusieurs voix, cette histoire nous parle de ces rencontres qui changent une vie, que ce soit celles de ces Parisiens un peu fou qui découvrent cette famille perdue au fond du Périgord ou la rencontre de Maurice avec Nathalie, tout les deux meurtris par la vie. Au travers de la voix de Nathalie et des souvenirs de Maurice – et de sa sœur – on redécouvre l'ambiance de ce printemps 1940, entre insouciance et terreur. Tandis que la France s'enflamme et que l'Exode commence, ce petit coin du Périgord devient un Paradis où les âmes maltraitées par la vie se retrouvent, tandis que cet appartement parisien en 2011 devient le lieu de leur renaissance.
Je crois que ce qui m'a le plus touché dans ce livre sont les personnages qui sont tous terriblement attachants. Ces quatre Parisiens, artistes ratés cachant un gros secret vont redonner vie à cette famille qui attends désespérément le retour du père. L'attente et la fuite. Les deux grands sentiments qui ressortent de livre. La fuite en avant des Parisiens, qui veulent quitter la France au plus vite parce qu'ils ont compris que c'était fini et l'attente interminable de cette famille qui attends on ne sait pas vraiment quoi. La victoire de la France ou tout simplement, la fin de combats pour pouvoir rentrer à Bordeaux ?
L'écriture est très fluide, très douce et fait qu'on lit ce livre très vite. L'auteur ne prends pas la plume pour montrer qu'il s'y connait sur l'Exode, il la prend seulement pour nous raconter une belle histoire sur la vie. De plus, cette alternance entre les points de vue et les mémoires de Maurice et Diane rend la lecture très agréable. On suit avec délice les pérégrinations de ces hommes et de ces femmes, leur quête d'une issue à ce monde qui tombe en ruine. On suit aussi avec beaucoup de bonheur l'histoire de Maurice et Nathalie en 2011, ces deux êtres meurtris par la vie qui vont réapprendre à l'aimer grâce à l'un et l'autre.
J'aime aussi beaucoup la couverture. Je dois avouer ne pas avoir très bien compris pourquoi une telle image avant ma lecture mais en refermant le livre, elle prend tout son sens.

Je ne connaissais ni ce livre, ni cet auteur mais j'ai passé un agréable moment avec.

1 commentaire:

  1. Et l'auteur découvre à l'instant votre belle chronique dont il vous remercie chaleureusement. Je suis très heureux que mon roman ait su vous plaire, et vous parler puisque vous le faites si bien de mes personnages.
    Bien à vous
    Un auteur comblé
    Charles Dellestable

    RépondreSupprimer