11 octobre 2013

Pietra Viva - Léonor de Récondo

« Il lui faut toujours plus de poésie, de chair, de rêves, d'intelligence, afin que la vanité de l'ignorance règne en maîtresse absolue. »


Auteur : Léonor de Récondo
Editeur : Sabine Wespieser Editeur
Nombre de pages : 225 pages
20€


sumé :
Michelangelo, en ce printemps 1505, quitte Rome bouleversé. Il vient de découvrir sans vie le corps d'Andrea, le jeune moine dont la beauté lumineuse le fascinait. Il part choisir à Carrare les marbres pour le tombeau que le pape Jules II lui a commandé. Pendant six mois, cet artiste de trente ans déjà, à qui sa pietà a valu gloire et renommée, va vivre au rythme de la carrière, sélectionnant les meilleurs blocs, les négociants, organisant leur transport. Sa capacité à discerner la moindre veine dans la montagne a tôt fait de lui gagner la confiance des tailleurs de pierre.
Lors de ses soirées solitaire à l'auberge, avec pour seule compagnie le livre de Pétrarque que lui a offert Lorenzo de Médici et la bible d'Andrea, il ne cesse d'interroger le mystère de la mort du moine, tout son désir impétueux de capturer dans la pierre sa beauté terrestre.

Mon avis :
En 1505, Michelangelo quitte précipitamment Rome pour Carrare, après avoir appris la mort d'Andreas, un jeune moine qui le fascinait. Arrivée dans les montagnes du nord, cherchant le marbre pour créer le tombeau du Pape Jules II, Michelangelo va redécouvrir son passé.
Lu dans le cadre des Matchs de la Rentrée Littéraire de Priceminister, ce livre me faisait de l'oeil depuis sa sortie en librairie. Par son couverture épurée que je trouve superbe et par son résumé alléchant. Encore une fois, mon instinct m'a dirigé vers un petit bijou littéraire que j'ai dévoré en un rien de temps.
Je ne connaissais pas l'auteur mais la biographie en quatrième de couverture parle d'une auteure « exigeante dont la phrase juste et précise conduit le lecteur au plus près de ses émotions ». Cette phrase résumé bien ce que j'ai ressenti en lisant ce court roman de 220 pages. J'ai été touché par les épreuves, les souvenirs, la douleur de Michelangelo, une douleur qu'il n'arrive pas à guérir et qui lui empoisonne la vie. J'ai aimé suivre son cheminement intérieur – et extérieur, face aux autres, face aux gens qu'il côtoie dans cette ville perdue dans la montagne – qui va l'amener à découvrir un nouveau sens à la mort. C'est tout autour de ça que tourne le livre, sur la mort et sur les sentiments de ceux qui restent après. On découvre aussi les « secrets » du marbre, cette pierre noble et superbe qui pour laquelle on pouvait payer des milles et des cents à une certaine époque. Léonor de Récondo lui donne une voix qui nous compte de nouvelles histoires, belles ou tragiques mais qui ont fait sa renommée.
C'est bizarre, Michelangelo est un personnage assez antipathique, qui n'aime personne et se croit supérieur aux autres. Pourtant, l'auteure réussit à le rendre terriblement touchant. Certes, à certains moment, j'ai eu envie de le secouer mais une grande partie du roman, je me suis sentie très proche du personnage. J'ai aussi été touchée par Michele, ce petit garçon qui perd sa mère et qui, par sa naïveté enfantine aide Michelangelo dans ses peurs et ses doutes. Je pourrais parler pendant deux heures de tous les personnages qui sont tous terriblement touchant, chacun à leur manière !
Revenons à la romancière et à son phrasé sans fioritures, qui va droit au but et touche juste. Elle n'en fait pas des tonnes, pas de phrases de 3 lignes pour décrire des émotions ou des paysages, seulement des phrases simples qui laissent une grande place à l'imaginaire et aux émotions du lecteur. Certains chapitres m'ont fait sourire, d'autres m'ont serrés le cœur mais aucun ne m'a laissé insensible. Si vous recherchez un petit livre, émouvant pour passer une après-midi, vous avez votre perle de rare juste ici.

J'ai tellement été emporté par les tourments de Michelangelo que j'ai terminé ce livre en une journée. Un petit bijou de cette rentrée littéraire !

1 commentaire:

  1. Je dois le recevoir pour les match de Priceminister, tu me donnes vraiment hâte :)

    RépondreSupprimer