22 janvier 2014

Ainsi résonne l'écho infini des montagnes - Khaled Hosseini

« J'ai appris que le monde ne voit pas ce qu'il y a en vous, qu'il se moque complètement des espoirs, des rêves, des chagrins qui reposent cachés sous votre peau et sous vos os.  C'est aussi simple, aussi absurde et aussi cruel que ça. »

Titre original : And the mountains echoed
Auteur : Khaled Hosseini
Éditeur : Belfond
Nombre de pages : 485 pages
22,50€

sumé :
Dans le village de Shadbagh, Abdullah, dix ans, veille sur sa petite soeur Paris, trois ans. Entre les deux enfants, le lien est indéfectible, un amour si fort qu'il leur permet de supporter la disparition de leur mère, les absences de leur père en quête désespérée d'un travail et ces jours où la faim les tenaille.
Mais un événement va venir distendre ce lien, un choix terrible qui modifiera à jamais le destin des deux jeunes vies, et de bien d'autres encore...

Mon avis :
En 1952, alors que Abdullah et sa petite sœur Pari vivent heureux dans leur petit village afghan de Shadbagh, un événement tragique les séparent. De Kaboul à Boston, de Paris à Shadbagh, Khaled Hosseini nous conte l'histoire de ces deux enfants séparés par le destin. Je le dis toute de suite, j'ai découvert Khaled Hosseini l'année dernière avec Les cerfs-volants de Kaboul qui m'a toute chamboulée alors quand j'ai gagné ce livre-là, j'ai pas vraiment hésité à le lire. Et, désolée à tous, c'est une petit déception...
En effet, j'ai été chamboulé, enchanté, bouleversé par Les cerfs-volants de Kaboul en 2012 et je m'attendais à passer par tout ces états en lisant Ainsi résonne l'écho infini des montagnes mais ce ne fut pas vraiment le cas. Encore une fois, l'auteur se base sur son pays d'origine, l'Afghanistan, pour nous livrer une histoire magnifique sur l'amour et les liens fraternels mais, certains passages ont fait « pschiiiit » chez moi. Je voulais voyager, j'ai voyagé, je voulais être touchée, j'ai été touchée mais pas autant que je l'imaginais. L'histoire est belle, le premier chapitre m'a littéralement arraché le coeur mais la suite n'a pas été à la hauteur de mes espérances. Chaque chapitre parle, raconte l'histoire d'un protagoniste de l'histoire, qu'il soit lié de près ou de loin aux deux enfants et certains m'ont parus de trop. Par exemple, le loooong chapitre sur le médecin grec qui nous raconte comment il est arrivé à Kaboul, je n'ai pas vraiment saisi l'intérêt de cette histoire dans le cheminement du roman. Il n'apporte rien, aucun nouvel élément à l'histoire, rien. Par contre, je ne nierais pas que Khaled Hosseini sait comment créer de l'effet mais là encore, j'ai finalement rassemblé toutes les pièces du puzzle plus de 50 pages avant la fin. Ou comment casser l'effet de fin... J'ai beaucoup aimé comment toutes les pièces s'imbriquent les unes dans les autres, chapitres par chapitres, acteurs par acteurs pour finir par lier tous les personnages entre eux. C'est fantastique mais il reste que le dénouement était visible de trop loin, comme un phare sur le bord de mer qu'on ne peut pas louper.
J'ai retrouvé l'écriture qui m'avait plu dans Les cerfs-volants de Kaboul, celle qui me faisait ressentir une tonne d'émotion à la minute, celle qui passe de la joie à l'horreur en quelques secondes. Là encore, le problème est que l'auteur utilise le même schéma dans chacun de ses livres : joie/bonheur → déchirement → recherche des années plus tard. C'est peut-être pour ça que j'ai vu le dénouement arriver bien avant la fin du roman. Même si j'ai aimé suivre la vie des personnages, je ne me suis attachée à aucun d'entre eux, ni Abdullah, ni Pari, ni Nabi, ni personne. Ils m'ont laissé presque indifférente. Je suis tellement déçue de n'avoir rien ressenti, j'ai l'impression d'être un monstre sans cœur. Ils m'ont touché lors du premier chapitre mais après, plus rien. A certains moments, je ne savais même plus qui était qui, ça en devenait compliqué et je n'étais plus sûre que Abdullah et Pari allaient réapparaître sur le devant de l'histoire. On part dans de telles ramifications, on suit tellement de personnages différents qu'aucun n'a le temps de faire son petit bout de chemin dans le cœur du lecteur. Je n'étais impatiente de connaître la fin d'aucun d'entre eux plus que les autres, même la fin du roman n'a pas réussi à me tirer une larme alors qu'il est terriblement triste.

Un livre qui a fait pschiiit, une déception alors que j'adore Khaled Hosseini. Trop de personnages, trop de hors-sujet font que l'on perd vite de l'intérêt pour les deux protagonistes principaux et une fin qui ne m'a pas tant touché que ça.

7 commentaires:

  1. Oups, dommage... J'avais aussi adoré les Cerfs Volants de Kaboul, ainsi que Mille Soleils Splendides, et celui là m'attend dans ma PAL... J'espère qu'il me plaira quand même :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il faut le lire sans penser qu'il est du même auteur que Les Cerfs-volants de Kaboul parce que sinon, ça reste une histoire agréable et qui tiens la route.

      Supprimer
  2. Je ne connais pas et je ne sais pas si je le découvrirai, ce n'est pas trop mon style de lecture...

    RépondreSupprimer
  3. Je suis un peu une fan de cet auteur, celui là est dans ma PAL, j'espère ne pas être déçue!!

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour cette critique, du coup je ne vais pas me presser pour lire le dernier Hosseini !
    Je découvre ton blog par ailleurs et je le trouve vraiment magnifique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il te plaira peut-être mais il est vraiment en deçà des Cerfs-volants !
      Merci beaucoup, tout revient à une amie qui fait des merveilles avec Photoshop :D

      Supprimer