5 janvier 2014

Ce qui reste en forêt - Colin Niel

« Pour un non initié, ce qui frappait en premier lieu lorsqu'il pénétrait dans la jungle équatoriale, c'était son apparente vacuité. Jamais il ne croisait les serpents, mygales géantes et autres fauves qui alimentent les fantasmes citadins. La faune restait discrète, ne se dévoilant que sous conditions. »


Auteur : Colin Niel
Éditeur : Rouergue Noir
Nombre de pages : 377 pages
23€

Résumé :
Un homme a disparu. Aux abords de la station scientifique de Japigny, en pleine forêt amazonienne, les équipes de la gendarmerie sont à sa recherche. Le temps presse. Dans ce milieu hostile, la survie d'un homme seul est une question d'heures. Guidés par des coups réguliers portés sur un arbre, technique de survie enseigné à tout nouvel arrivant, les gendarmes ont la stupeur de découvrir un cadavre. Un cadavre en pleine forêt dont le légiste ne va pas tarder à découvrir qu'il a les poumons remplis d'eau.
Qui a noyé Serge Feuerstein ? Pourquoi avoir traîné son corps jusqu'à ce gouffre dissimulé dans les arbres ? Et qui a guidé les gendarmes jusque-là ?

Mon avis :
Le capitaine André Anato doit faire face à une nouvelle enquête des plus coriaces : un chercheur à été retrouvé mort au milieu de la forêt amazonienne. Pour tenter de résoudre ce mystère, le capitaine va devoir déblayer de vieux secrets. En parallèle, il va tenter de découvrir les secrets familiaux.
J'aimerais d'abord vous avertir : ce livre est un tome 2 et ce n'est marqué ni sur la couverture, ni sur la page de garde, ni dans le résumé. Je ne le savais donc pas et ça à quelque peut gêner ma lecture à certains moments. Pour l'enquête, pas de problème, elle est indépendante du tome 1 mais pour tout ce qui concerne l'histoire familiale d'Anato, ça coince. En effet, à de nombreuses reprises, on trouve des notes de bas de page disant « voir Les Hamacs de carton » sauf que je n'ai pas lu ce tome là. C'est dommage de ne pas avertir, j'aurais préféré lire les choses dans l'ordre, maintenant le premier tome n'aura plus aucun suspense pour moi... Rouergue Noir, pensez-y la prochaine fois !
Passé ce petit désagrément, la découverte et le dépaysement est total avec ce roman. On y découvre un DOM français très peu connu, dont on ne parle pas souvent dans les journaux : la Guyane. Situé dans le nord-est du continent Sud-Américain, elle est en grande partie occupée par la forêt amazonienne. Avant d'ouvrir ce livre, je ne connaissais rien à cette partie du monde, sauf qu'elle est détruite par l'homme. En refermant ce livre, j'ai terriblement envie de la préserver, de lui donner une chance de survivre à l'Homme. J'ai été enchanté par cette découverte, par ces décors que Colin Niel m'a fait découvrir et rêver. C'est innovant, original parce que très peu traité. Je me suis renseignée et si le l'auteur a placé son livre dans cette contrée du bout du monde, c'est pour la simple et bonne raison qu'il est spécialisé dans la préservation de la biodiversité. La forêt amazonienne est l'endroit contenant le plus de biodiversité qu'il faudrait protéger et ce roman nous ouvre les yeux. C'est une vrai ode à cette forêt, la plus grande de la planète, une vrai appel à faire attention à ce qui nous entoure, ce qui nous fait vivre.
L'enquête est elle aussi intéressante, bien qu'elle m'ait moins passionné que les descriptions de la forêt. On apprends de nombreuses choses sur l'orpaillage illégale en Amazonie. Je ne savais même pas que ça s'appelait comme ça avant d'ouvrir ce livre. On nous lance sur de nombreuses pistes, on nous donne de nombreux indices pas tous concordant et à nous de jouer. On passe de cul-de-sac en cul-de-sac avant d'atteindre la résolution de l'énigme dans les 40 dernières pages et... elle m'a laissé dubitative. J'aurais aimé quelque chose de plus... criant, plus fort que simplement cette fin. Par contre, on peut que l'auteur a su me faire tourner en bourrique car j'ai imaginé des trucs complètements fous sans penser au plus simple. Comme toujours, je crois que j'aime bien quand c'est compliqué.

Je suis conquise et j'en redemande. J'ai envie d'en savoir plus sur Anato et sur la forêt amazonienne. Une suite pour l'année prochaine peut-être ?

1 commentaire:

  1. Il était dans mes choix mais du coup si c'est un tome 2 je préfère lire le 1 avant. Tu vas le lire ?

    RépondreSupprimer