25 février 2014

American Gods - Neil Gaiman

« L'homme peuple les ténèbres de fantômes, de Dieux, d'électrons, de contes. L'homme imagine, l'homme croit, et c'est sa foi, cette foi inébranlable, qui déclenche les événements. »


Alors qu'il sort à peine de prison après avoir appris le décès de sa femme, Ombre est embauché par un mystérieux Voyageur dans une quête improbable d'anciens Dieux oubliés. Il va se retrouver un conflit opposant ces anciens Dieux au nouveau Dieu du consumérisme, pour le meilleur... et pour le pire.
Je connaissait Neil Gaiman de nom car il a écrit deux épisodes de Doctor Who mais sans plus. Quand j'ai vu un de mes amis lire ce roman, je l'ai harcelé pendant tout un semestre pour qu'il me le prête. L'attente m'a fait espérer et le résultat est au-dessus de mes espérances !
Complètement décalé, ce livre nous offre une nouvelle version de la vie – et la mort – des Dieux vénérés dans les anciens peuples. Du panthéon nordique aux Dieux égyptiens en passant par les croyances hindou, aucun n'est épargné et tout le monde en prend pour son grade. Devenus des loques humaines que tout le monde a oublié, ils vont se rassembler pour lutter contre leurs ennemis, les nouveaux Dieux du consumérisme. J'ai été enchantée de l'imagination sans fin de Neil Gaiman qui a offert un style et une histoire à chacun, les faisant tous passer pour des losers de première. Ce livre est truffé de personnages hauts-en-couleurs, de Dieux complètement fous à lier et de retournements de situations qui décoiffent. On est jamais au bout de nos surprises et à chaque nouveau personnage, on essaye instinctivement de découvrir le nom du Dieu qui se cache derrière, sans succès pour moi.
C'est vrai, je n'ai eu qu'un seul fou-rire mais la lecture reste jubilatoire tout le long. Neil Gaiman ne laisse aucun répit à ses personnages, les faisant souffrir toujours plus à chaque page. On s'attache à Ombre parce que comme lui, on se demande vraiment dans quel merdier on vient de tomber et comme lui, on est sur nos gardes tout en voulant en savoir plus. Arnaque ou réalité ? Les révélations de la fin m'ont semblé imprévisibles, surtout celle concernant Ombre lui-même. En plus des références mythologiques qui foisonnent tout au long du roman, Neuil Gaiman a su rester dans l'air du temps en insérant quelques références bien plus actuelles grâce à des noms de livres ou de musiques. Pour moi, c'est un mélange réussi parce qu'on y croit. Face à l'histoire principale, on suit aussi quelques « Interludes » que j'ai beaucoup aimé. Souvent centré sur d'autres Dieux, sur leur arrivée en Amérique, j'ai aimé en découvrir plus.

Ré-imaginant le panthéon des Dieux à sa guise, Neil Gaiman nous offre un livre loufoque qui fera passer un agréable moment à ses lecteurs.

American Gods, traduit de l'anglais par Michel Page, Neil Gaiman. J'ai Lu (2006). 599 pages. 8,10€.

4 commentaires:

  1. Un bon moment de détente avec ce livre je pense, je note, merci de ton avis :)

    RépondreSupprimer
  2. Une lecture qui m'a l'air bien sympathique. Je note !

    RépondreSupprimer