22 février 2014

Miracle dans les Andes - Nando Parrado

«Lorsque tout espoir est perdu, l'esprit nous protège par le déni, et le déni m'évitait d'avoir à affronter ce que je savais au fond de moi. »


Le 13 octobre 1972, un avion uruguayen à destination de Santiago du Chili, avec à son bord 45 personnes en partance pour un match de rugby amical, s'écrase dans les Andes argentines. 16 d'entre eux survivront pendant 72 jours dans cet enfer blanc. Nando Parrado était l'un d'eux.
On suit cette aventure exceptionnelle, qui fut le centre d'un livre et de plusieurs documentaires, des yeux de Nando Parrado, survivant du crash. L'auteur fait preuve d'un courage énorme, pour survivre mais aussi pour écrire ce livre 30 ans plus tard. Ce qu'il a vécu est indicible et pourtant, il a décidé de l'écrire pour donner du courage aux autres. C'est un livre sur le courage et sur l'amitié, sur ces hommes bloqués au milieu de nul part qui ont continué de s'entraider, de s'aimer parce que sans ça, ils n'auraient pas tenus aussi longtemps.
Ce livre m'a terriblement touché et j'ai souvent eu les larmes aux yeux. Malgré les tempêtes, les avalanches et même avoir appris qu'on avait arrêté de les chercher, ils vont continuer de se battre pour survivre, pour leurs proches. Ce livre est sur l'amour et sur ce que ce sentiment peut nous permettre de faire pour revoir ceux que l'on aime. C'est David contre Goliath, 16 malheureux échoués sur un glacier qui vont battre les Andes, la plus grande chaîne de montagne du monde. C'est des gamins qui vont faire taire les statistiques et rentrer chez eux. Après le crash, on pense que le pire est derrière eux et pourtant, les épreuves de plus en plus difficiles vont s'enchaîner, ne leur laissant aucun répit. On suit avec peur et espoirs leur vie dans la carlingue et on se dit que c'est impossible d'y arriver et pourtant. C'est une réalité dure, amère, difficile ou la joie et l'espoir font partie intégrante parce qu'elles leur permettent de tenir.
Surtout, ce livre lève le voile sur un des tabou de cette histoire : le cannibalisme. Ce n'est pas un secret, lorsqu'ils n'ont eu plus rien à manger, ils ont décidés de manger le corps de leurs amis décédés. Le cannibalisme est l'un des plus gros tabou de notre société et là, avec ses mots, sans tenter de se justifier, sans essayer de nous rallier à sa « cause », Nando Parrado en parle et nous raconte ce choix difficile qu'ils ont fait et malgré toute la répugnance qu'on peut ressentir, on finit par accepter cet état de chose. Je ne me ferais ni juge, ni jury parce qu'aucun de nous ne sait jusqu'où l'ont irait pour survivre dans de telles conditions. Manger ses amis, en le sachant pleinement et consciemment, demande un courage sans nom et comme nous le raconte Nando, beaucoup ne l'ont pas eu. Rien que pour ça, ce témoignage est essentiel, parce qu'il offre un éclairage nouveau sur ce sujet, sur cette « horreur » qui a fait débat après leur retour.

Seul récit d'un survivant, ce livre est une pépite sur ce qu'il faut d'amour et de courage pour survivre en milieu hostile. Après ces 348 pages, le vol du Fairchil-F227 du 13 octobre 1972 nous vous aura jamais paru aussi proche.

Milagro in los Andes : 72 dias en la montañas y mi largo viaje a casa, traduit de l'espagnol (Uruguay) par Marianne Audouard, Nando Parrado. Le Livre de Poche (2008). 348 pages. 6,50€.

2 commentaires:

  1. J'avais lu le livre de Piers Paul Read sur cette histoire, et j'ai vu un téléfilm (bon, c'était un navet mais j'ai bien aimé), j'ai trouvé ça incroyable! Je crois qu'en plus, ils ont été traité de tous les noms à leur retour, parce qu'ils avaient mangé les corps des morts. Perso, j'appelle ça l'instinct de survie, alors ok c'est gore et glauque mais ça leur a permis de survivre. Tu m'as donné envie de lire le témoignage de Nando!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nando raconte aussi le retour et le déchaînement de violence médiatique autour de leur cannibalisme. Je comprends pas qu'on juge les gens, on sait pas ce qu'on ferait dans pareilles circonstances...
      Lis le ! Et moi, je vais aller lire le bouquin de Piers Paul Read qui m'intrigue beaucoup :)

      Supprimer