9 juin 2014

Une lettre de vous - Jessica Brockmole

« J'ai ramassé chacun de tes mots comme autant de pierres précieuses, et je les sertirai tous ensemble durant mes soirées en solitaire sur l'île de Skye. »


Bien que j'ai apprécié ma lecture, elle ne m'a pas subjuguée. Dans ce roman, on suit deux histoires en parallèles qui finissent par se lier.
La première raconte la romance épistolaire entre Elspeth Dunn, une obscure poétesse de l'île de Skye en Ecosse et David Graham, un étudiant américain fan de ses écrits. Bien qu'au début, j'ai été emportée par leurs échanges qui devenaient de plus en plus passionnés et passionnant, je me suis lassée assez vite de leur amour un peu niais. Pourtant, tous les ingrédients sont là pour nous faire douter, espérer : une guerre, un jeune homme sur le front, une femme qui l'attends au loin mais ça n'a pas vraiment fonctionné pour moi.
J'ai beaucoup aimé Elspeth par contre. Elle est assez étrange pour une femme de son époque, elle semble s'ennuyer des conventions perdues sur son île. J'ai aimé comment elle livre peu à peu son cœur à David, avec tendresse et peur. Elle est touchante comme il faut. Le problème fut David. Au début, je l'ai trouvé adorable et drôle puis il a fini par m'exaspérer surtout dans son attitude face à la guerre. Comme si un homme devait prouver sa valeur les armes à la main. Mon pacifisme en hurlait de rage.
La deuxième histoire est là aussi épistolaire et raconte Margaret, qui en 1940 part sur les traces de son passé et de son père dont personne ne lui parle jamais. Cette partie m'a plus intéressée que la première, même si j'ai eu la résolution de l'énigme bien avant la fin de l'ouvrage. Pourtant, même en le sachant, j'ai été emporté par sa quête, par son envie de découvrir le passé.
On s'attache beaucoup à Margaret et aux membres de sa famille qu'elle rencontre. J'ai aimé apprendre l'histoire par à coups – bien que j'en devinais assez aisément la fin – parce qu'elle est belle et qu'elle m'a réchauffé le cœur. J'ai adoré la Mathair qui accepte ses enfants avec leurs erreurs et leurs défauts, sans sourciller, les laissant tracer leur chemin dans la vie comme ils l'entendent. J'ai aussi été en grand amour avec la révélation de fin, le lieu où vivait son père.

Jessica Brockmole nous offre une très belle histoire épistolaire avec des personnages touchants et une histoire inter-générationnelle.


Letters from Skye, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Valérie Bourgeois, Jessica Brockmole. Presses de la Cité (2014). 282 pages. 21€.

2 commentaires:

  1. C'est un livre qui me tente bien ! Merci pour la découverte :)

    RépondreSupprimer
  2. Je viens de le terminer et de publier mon billet alors je fais le tour des blogs pour voir ce que les autres en ont pensé ^^ Je pense que je l'ai + apprécié que toi (j'ai d'ailleurs mis un lien vers ton billet en bas du mieux pour offrir d'autres points de vue)... et c'est marrant parce que moi j'ai moins apprécié la partie avec Margareth ^^ Par contre, je te rejoint sur Mathair, quelle grande dame !
    Au plaisir de te lire,
    Cajou

    RépondreSupprimer