27 août 2014

Blond cendré - Eric Paradisi

« Si les morts parlent aux vivants, c'est pour leur apprendre comment vivre et ne se souvenir que de l'amour. »



Je crois que j'ai trouvé une de mes petites perles littéraire pour cette rentrée 2014 avec Blond cendré d'Eric Paradisi.
Dans ce roman atypique, la petite-fille de Maurizio raconte à son fiance, lors d'une longue nuit d'amour, la relation qui lia son grand-père à une résistante communiste, Alba, durant la guerre à Rome. Ce roman m'a intéressé dès son résumé par le thème qu'il aborde : la Seconde guerre mondiale (qui est mon pêché mignon historiquement parlant). Et j'ai été emballée par cette magnifique histoire d'amour.
Les chapitres alternent entre la petite-fille de Maurizio qui parle à son amant, lui disant des mots d'amour et des chapitres sur Maurizio, sur son histoire d'amour et de mort. Souvent, on ne sait plus vraoment qui parle : Maurizio ou sa petite-fille ? Les mots se mêlent, les histoires s'entrechoquent comme si elles n'en formait plus qu'une, l'histoire de l'Amour qui survit à toutes les époques.
Juif, il rencontre Alba près du ghetto et en tombe tout de suite amoureux. Ils sont beaux, ils sont jeunes, ils sont amoureux et la guerre vient tout gâcher. Je ne voulais pas qu'ils se séparent parce que je savais ce qui risquait d'arriver. Au milieu de l'horreur, il va se raccrocher au souvenir des ses cheveux blond cendrés pour survivre. C'est une magnifique histoire sur l'amour, sur la mort, sur la rédemption, sur la culpabilité aussi. On rit et on pleure avec Maurizio, on espère et on prie tous les Dieux possibles pour que rien ne lui arrive. Pourtant, ce n'est pas un livre facile. Il est dur et triste à mourir, on veut hurler de douleur avec lui lors du drame.

J'ai été transportée par ce roman que j'ai eu du mal à lire tellement il m'a touché. Triste et rempli d'espoir à la fois, j'aurais aimé passer quelques temps avec Maurizio et sa petite-fille à parler d'amour au présent.

Blond cendré, Eric Paradisi. Jc Lattès (2014). 249 pages. 18€.

2 commentaires:

  1. Habituellement, j'évite les romans ayant pour cadre les guerres mais là, rien que la phrase que tu as mis au début de ton article m'a accroché. Et l'histoire a l'air magnifique donc je pense que je me laisserai tenter par ce roman :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tombée amoureuse de cette phrase \o/

      Supprimer