23 septembre 2014

La famille Middlestein - Jami Attenberg

« Les aliments sont fait d'amour. Manger, c'est aimer. Aimer, c'est manger. »


Bienvenue chez les Middlestein, la famille la plus névrosée de Chicago. Toute cette histoire tourne autour de la mère, Edie, atteinte d'obésité morbide et qui va mourir si elle ne mets pas un frein à ses fringales journalière.
C'est mené sur les chapeaux de roues, le lecteur est pris dans l'histoire des les premières lignes. L'auteur ne tourne pas autour du pot et entre directement dans le vif du sujet avec l'annonce du médecin à Edie : arrêtez de manger ou vous allez mourir. Ou comment bien commencer à livre qui tire vers le loufoque en oubliant le pathos. Les chapitres alternent entre la vie actuelle d'Edie et sa famille, vue à chaque fois par un personnage différent : Edie elle-même mais aussi son époux qui vient de quitter le navire, sa belle-fille rigide comme un morceau de bois ou sa fille, célibataire invétérée... Une belle bande de névrosés cette famille, pas un pour rattraper l'autre et pourtant : ils vont décider de tous s'y mettre pour tenter de sauver Edie.
Ces chapitres sont entrecoupés par d'autres racontant la vie d'Edie depuis son enfance. C'est bien fait, très bien fait. Au lieu de mettre des dates, chacun de ces chapitres s'appellent « Edie, xx kilos ». Quel meilleur moyen de raconter la vie de cette femme qu'en racontant sa prise de poids au fil des années ? Il est vrai qu'à certains moments, il est difficile de déterminer l'âge exact d'Edie à ce moment mais chacun caractérise un moment important, un tournant dans la vie de cette femme.
Malgré cette absence de compassion pour les protagonistes de cette histoire, j'ai suivi leur histoire désopilante avec passion et j'ai beaucoup, beaucoup ri. A toute cette histoire de bouffe, rajoutez quelques blagues et réflexions bien senties sur la communauté juive de Chicago, et vous aurez un livre cinglant à souhait où tout le monde s'en prend plein la tronche. Cette famille, c'est un peu l'archétype de toutes les familles occidentale, avec ses secrets et ses névroses.

Plus qu'un livre sur l'obésité morbide, c'est un roman sur les liens familiaux, sur les sentiments dans une famille et surtout, sur cette foutu obsession qu'à notre époque sur la bouffe. Un livre abracadabrant, passionné et plein d'humanité sur une famille bien comme les autres.

La famille Middlestein, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Karien Reignier-Guerre, Jami Attenberg. Les Escales (2014). 295 pages. 20,90€.

1 commentaire: