30 décembre 2014

Sous les couvertures - Bertrand Guillot

« La vie est dans le début des histoires, Junior. Les fins ne sont jamais que de la morale. »


Lors du lancement des Matchs de la Rentrée Littéraire 2014 chez priceminister, j'ai eu la joie d'être parmi les 800 participantes choisies. J'ai donc reçu Sous les couvertures de Bertrand Guillot en novembre et c'est pas bien folichon... Le pitch de départ me plaisait énormément, cette histoire sur « Que font les livres lorsque le libraire rentre chez lui ? », sur ces livres de fonds qui prennent vie et qui montent une révolution contre les best-sellers mais, ça a pas tenu le coup.
La vérité est que j'ai même pas fini le roman. Je viens de le ressortir de ma bibliothèque et mon marque-page est toujours page 155, sans que cela ne me gène plus que ça de ne pas avoir la fin. Parce que la fin, je ne la voyais pas arriver et ça devenait trop long à mon goût.
Pourtant, certaines réflexions de l'auteur sur les lecteurs actuels, sur ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas sont très intéressantes et font se poser les bonnes question mais ça finit vite en pugilat entre les « petites structures » et les « géants de la culture ». Bref, too much quoi. La caricature des ouvrages aussi m'a vite lassé : l'académicien qui se la joue, les vieux classiques imbus d'eux-mêmes, le p'tit nouveau qui s'la joue va-comme-je-te-pousse, un vrai melting-pot de clichés.

J'attendais beaucoup de ce roman qui offrait un pitch de départ très intriguant mais qui n'a pas fait long feu chez moi. Je ne l'ai pas fini et cette fin ne me manque pourtant pas. Une déception.

Sous les couvertures, Bertrand Guillot. Rue Fromentin (2014). 176 pages. 16€.

2 commentaires:

  1. La première fois que j'ai découvert ce roman, j'étais très enthousiaste, le résumé m'intriguait beaucoup, le principe avait l'air sympa.Mais depuis je ne vois presque que des avis négatifs alors je n'ai plus du tout envie de le lire :'D

    RépondreSupprimer
  2. pareil, ça a été une déception. Pourtant le postulat de base était excellent ! J'ai aimé les passages avec les deux libraires, mais les bastons entre les bouquins... bof.

    RépondreSupprimer