4 janvier 2015

Silo - Hugh Howey

« Ce n'était pas seulement le tabou du nettoyage, la peur du monde extérieur. C'était l'espoir. Cet espoir mortel et inexprimé qui vivait en chaque habitant du silo. Un espoir ridicule, fantastique. L'espoir que, peut-être pas pour soi, mais pour ses enfants, ou pour les enfants de ses enfants, la vie au dehors redevienne possible. »


Première chronique de 2015 \o/ pour vous parler d'un roman qui, en 2013, inaugura la nouvelle collection chez Actes Sud nommée « Exofictions » consacrée à la science-fiction. Avec cet ouvrage, on peut dire que la maison d'édition à frapper fort dès la première publication. Bref. Dès les premières pages, on est attrapé par cette atmosphère étrange, tout en secrets, tout en non-dits, cette peur de l'extérieur qui semble contaminer tout le silo. Puis, on découvre Holston, le shérif, qui demande à sortir. Et cet événement, cette toute petite chose va engendrer de grands changements dans ce lieu inhospitalier. 
144 étages, voilà de quoi est composé la vie des personnages de ce roman grandiose. 144 étages qui délimitent des liens sociaux, des liens familiaux, des castes qui permettent de tenir tout le monde à sa place. On ressent la douleur de vivre dans un immense escalier, les jours entiers qu'il faut pour le remonter dès lors qu'on le descend entièrement. Et surtout, les difficultés que cela engendre pour créer des liens, difficulté exploitée avec brio par le pouvoir. C'est une magnifique histoire d'amitié entre Juliette, le nouveau shérif, et ses amis des machines, qui décide de grimper dans ce silo pour faire éclater la vérité sur le « nettoyage », sur les gens envoyés à la mort. C'est une histoire d'espoir face à l'oppression, sur les conséquences lorsqu'on maintient trop longtemps le peuple dans l'ignorance de son passé, de la réalité.
Dans cet environnement clos, les mensonges vont se déliter les uns après les autres pour le meilleur... mais aussi le pire. On découvre que certaines fois, la vérité n'est peut-être pas la plus utile et que certaines choses devraient rester secrètes. Simple nouvelle à l'origine, Hugh Howey a écrit avec Silo, un roman de science-fiction comme je les aime, avec ses défauts et ses grandes qualités. J'ai décidé de ne pas raconter trop de choses sur l'histoire parce qu'il faut la découvrir au fil des pages, découvrir ces vérités qui apparaissent et modifient la compréhension de cet univers. Parce que vous devez lire cet ouvrage, le premier de la collection « Exofiction » chez Actes Sud, ce qui place la barre très haut pour les publications suivantes.

Silo, c'est une dystopie pour adulte qui traite avec brio de l’embrigadement par la peur de la population et les conséquences de celle-ci. C'est un roman très détaillé, avec des personnages forts, attachants qui font face à des situations extrêmes et une morale sous-jacente (mais non assenée comme un mantra) menée avec brio. Je ne lirais peut-être pas Silo Génération (la suite directe de ce tome ci) mais je me plongerais avec plaisir dans Silo Origines, qui raconte comment ils en sont arrivés là !

Wool, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Yoann Gentric et Anne Manceau, Hugh Howey. Babel (2015). 622 pages. 9€.

4 commentaires:

  1. Oh, je viens de l'acheter en poche !! J'ai hâte de m'y mettre, il a l'air excellent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le signe qu'il faut pas le laisser dormir trop longtemps dans ta PAL ma chère !

      Supprimer
  2. Ca fait un bon moment qu'il me tente, il faudrait que je m'y mette !

    RépondreSupprimer
  3. Tu vois, j'hésitais encore pour ce titre. Mais ton billet plus la sortie en poche me décide. Hop, dans la wishlist. Si je le croise, il finira dans la PAL.

    RépondreSupprimer