27 avril 2015

Frères d'armes - Stephen E. Ambrose

« - Grand-père, tu as été un héros pendant la guerre ?
- Non, mais j'ai servi dans une compagnie de héros. »


Après des années de fangirlage sur la série, j'ai enfin eu le courage d'ouvrir le livre dont elle était issue. Peur d'être déçue et de ne pas retrouver dans ces pages l'émotion que j'aime tellement dans la série. Stupide fus-je, cet ouvrage a répondu à toutes mes attentes – mêmes celles informulées.
Dans les années 1980 (bien avant ma naissance quoi), Stephen Ambrose décida de raconter l'histoire cette compagnie aéroportée hors du commun, qui débarqua en Normandie dans la nuit du 5 juin 1944, qui participa à l'opération Market Garden en Hollande, qui tint Bastogne dans les Ardennes durant l'hiver 1944 et qui enfin, fut la première à ouvrir Berchtesgaden, le « nid d'aigle » d'Hitler. Il est allé à la rencontre des survivants, leur demandant de raconter leurs souvenirs, leurs ressentis face aux épreuves vécues durant la Libération de l'Europe. C'est un vrai travail de titan qu'à accompli Stephen Ambrose pour écrire ce livre.
On s'attache à ces « Frères d'armes », à leur parcours, à leurs pertes car l'auteur fait preuve d'une grande empathie à leur propos. On suit leur parcours collectif – comme ce jour, à la fin de la guerre où ils ont tous refusés de rendre leur foulard représentant la carte de la Normandie qu'ils avaient depuis leur premier saut (« Des clous ! » qu'ils ont répondus) - mais aussi individuels – comme Speirs qui traversa deux fois (aller et retour) les lignes allemandes lors d'un affrontement en Normandie et en sorti indemne.
Soyons sérieux deux minutes, si j'aime tellement cette histoire, c'est aussi parce que la Normandie, c'est chez moi et le Débarquement, c'est un peu mon dada. Tout comme la Seconde Guerre mondiale en générale. A travers ces pages, c'est toute la libération de l'Europe que l'ont vit, au rythme des affectations des ces hommes. On découvre l'isolement des troupes aéroportées dont le but est d’infiltrer l'arrière des lignes ennemies, on découvre aussi la camaraderie qui les lia toutes leur vie. Stephen Ambrose prend le temps, à la fin de l'ouvrage, de raconter l'après, le retour à la vie civile. J'ai appréciée de découvrir ce qu'ils avaient fait de leur vie, découvrir comment on recommence à vivre « normalement » après avoir vu la mort d'aussi près.

Comme l'a dit Mike Ranney à son petit-fils, des années plus tard, il n'étaient peut-être pas des héros pour eux mais ils font définitivement fait partie d'une compagnie de héros. Un ouvrage très documenté, plein d'empathie sur une histoire exceptionnelle de la guerre la plus terrible du XXe siècle.

Band of Brothers, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Alain Deschamps, Stephen E. Ambrose. Albin Michel (2002). 366 pages. 22€.

2 commentaires:

  1. Ahh ! BoB ! Je suis totalement fan ! Ce livre est une pépite..Je crois même qu'il faudrait en imposer sa lecture ;)

    RépondreSupprimer
  2. Ce livre est super connu depuis qu'une série en a été adaptée... ! ! Il faudrait que je le lise...j'ai toujours été intéressée par la période de la Seconde Guerre Mondiale et, même si je le suis moins depuis quelques temps, j'aime toujours me documenter sur cette période...je note ! !

    Très convaincante chronique en tous cas ! ;)

    RépondreSupprimer