25 août 2015

La terre qui penche - Carole Martinez

« L'enfant est un dévorant qui avalerais le monde, si le monde était assez petit pour se laisser saisir. »


Carole Martinez revient cette année avec un nouveau roman qui se déroule un nouvelle fois, au domaine des Murmures, lieu de son précédent roman. Cette fois, elle nous conte l'histoire de Blanche, morte à douze ans en 1361. C'est un dialogue qui s'engage alors entre la jeune Blanche qui nous raconte son histoire au fil des jours et la vieille âme, l'âme de Blanche qui continue de vieillir au fil des siècles et qui nous raconte la suite. 
Si vous avez aimé Du Domaine des Murmures, vous aimerez La terre qui penche. On retrouve tout ce qui avait fait le succès du précédent roman de l'auteur : une écriture poétique, des personnages doux et attachants et une magnifique histoire pleine de lyrisme. On retrouve l'écriture pleine de magie de Carole Martinez, avec ces descriptions qui nous font voyager, rêver dans cette contrée superbe aux côtés de la Loue, qui fut déjà très important dans la première histoire.
L'auteur sait créer des personnages auxquels on s'attache. La petit Blanche, délaissée par son père mais couverte d'amour aux Murmures m'a beaucoup touché. Elle a un petit côté naïf touchant mais en même temps, elle très mature dans ses réflexions. J'ai aussi eu un coup de cœur pour son promis, l'Enfant, qui a 11 ans se comporte comme un enfant de 3 ans. Sa liberté de mouvement, sa façon de vivre la vie comme elle vient est enchanteur. On aimerait pouvoir faire la même chose.
Le dialogue qui s'installe entre Blanche et sa vieille âme est lyrique, est porté par le style tout en douceur de l'auteur. Blanche raconte les choses aux jour le jour, sans en connaître la suite alors que la vieille âme la sait. Une alternance entre Blanche et la vieille âme au niveau des chapitres offre une vue d'ensemble de leur vie. J'ai beaucoup aimé la façon dont la vieille âme raconte le futur et lie, certains avancées technologiques humaines aux réflexions de Blanche.


La terre qui penche est un de mes coup de cœur de cette Rentrée Littéraire par son histoire pleine de douceur, ses personnages touchant et l'écriture de l'auteur qui m'a, encore une fois, emportée au domaine des Murmures. J'aimais Carole Martinez avant cette lecture, je l'aime encore plus après.


La terre qui penche, Carole Martinez. Gallimard (2015). 306 pages. 20€.

3 commentaires:

  1. Je viens justement de découvrir et de chroniquer Du domaine des murmures. J'ai hâte de commencer ce roman, je crois que je suis tombée amoureuse de cet auteur :) Merci pour ton bel avis.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai lu ce roman sur lequel j'ai aussi écrit un billet, et comme toi, je l'ai adoré ! Quelle poésie ! Je ne connais pas ses autres romans mais je pense que je les lirai cet été car je me suis régalée.

    RépondreSupprimer