17 août 2015

Six jours - Ryan Gattis

« Peut-être s'agit-il de cela : il y a une Amérique cachée à l'intérieur de celle que nous montrons au monde entier, et seul un petit groupe de gens la voit véritablement. »


Chez Fayard cette année, on s'envole pour la Ville des Anges 20 ans en arrière, en 1992, lors des émeutes qui l'ont ravagée lors du procès Rodney King. Vous ne savez pas qui c'est ? Vous allez vite le découvrir mais pas que. Vous allez aussi découvrir l'envers du décor de cette « ville des rêves ». Ce n'est pas un description exhaustive, jours après jour, heure après heure des émeutes, contrairement à ce que je pensais en lisant la quatrième de couverture. On suit à la place un gang de Lynwood, qui va profiter de ces 6 jours d'anarchie pour régler quelques comptes.
Chaque chapitre est écrit d'un point de vue différent. On commence avec Ernesto, vendeur dans un restau mexicain rentrant chez lui tard, est attaqué. De là, toute l'histoire, avec pour personnage central sa sœur Payasa se déroule. Six jours d'anarchie, six jours de tueries dans une ville que plus personne ne protège. Au début de certains chapitres, on ne comprends pas vraiment le lien avec le précédent personnage jusqu'à ce qu'une phrase, un nom fasse le lien.
Le langage utilisé est cru, sec et pas très élégant. L'auteur insère aussi de nombreux mots et expressions en espagnol, que le traducteur à choisit de laisser tel quel et de ne traduire que dans un petit lexique à la fin. J'aime beaucoup le petit côté « authentique » que ça donne. Il aussi réussi le tour de force d'offrir une personnalité, une façon de parler propre à chacun des personnages de son histoire. Ils vivent peut-être tous au même endroit, mais il n'ont pas la même vie. Six jours, six chapitres, douze locuteurs. Ryan Gattis réussi à travers eux à raconter tout l'envers de ces six jours pas comme les autres qui ont secoués Los Angeles. Des membres de gang mais aussi des civils tout ce qui y a de plus banal ainsi que des membres des équipes de secours confrontés à la haine des habitants. C'est puissant, prenant, certaines scènes sont saisissantes d'effroi de par leur violence. La violence est entre chaque pages, ne l'oubliez pas.

Par des personnages profonds, une intrigue menée tambour battant et des recherches approfondies sur les gangs californiens, Ryan Gattis nous livre un récit coup de poing, tour à tour, violent, difficile ou plein d'espoir en l'avenir. Une petite merveille !

All Involved, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Nicolas Richard, Ryan Gattis. Fayard (2015). 432 pages. 22€.

1 commentaire: