22 octobre 2015

Stand-up ! - Anthony McCarten

« Si tu ne réussis pas tout de suite, détruit toutes les preuves que tu as essayé. » 


J'avais repéré cet ouvrage il y a plusieurs semaines déjà, lorsque ma patronne faisait l'office pour la boutique et m'a demandé si le résumé me tentait autant qu'elle. La couverture est géniale et le résumé est parfait. Une jeune fille en niqab décide de faire un one-woman show, contre l'avis de sa famille pour devenir la première humoriste musulmane du monde. Cela promet de bon moments.
L'histoire commence assez sombrement avec la mort d'une amie d'Azime, défenestrée par, dit-on, son père. Le côté humoristique a du mal à se faire sentir dans les premières pages, je me suis même demandée si la maison d'édition en s'était pas trompée. Puis nous rencontrons Deniz, son ami secret, qui est membre d'un cours d'humoristes. Les choses sérieuses – en quelque sorte – commencent. Azime va commencer le stand-up mais tout ne va pas se passer comme prévu. La première femme musulmane humoriste au monde ne plaît pas à tous et ils lui font bien sentir. C'est ce qui m'a plu dans cet ouvrage ! A travers la passion d'Azime pour l'humour, Anthony McCarten s'est emparé d'un sujet d'actualité pour faire réfléchir son lecteur.
Plusieurs intrigues s'imbriquent dans ce roman : le stand-up d'Azime mais aussi son questionnement sur la mort de son amie et la réaction de sa communauté, les kurdes londoniens. Faire rire sur ce genre de sujet est dangereux, c'est comme traverser le Grand Canyon sur un fil sans harnais mais Anthony Mccarten y arrive parfaitement sans jamais se départir de son talent. Certaines blagues, certaines répliques sont drôles et à garder en mémoire pour tenter de les replacer dans la conversation. J'ai eu de nombreux fou-rire dans ma lecture qui m'ont bloqué pendant plusieurs minutes, incapable de continuer ma lecture. La fin est très intéressante aussi, parce qu'elle offre un moment d'espoir pour Azime face à sa famille, à sa communauté.


A travers le rire, notre personnage principal va tenter de combattre les préjugés qui empoisonne sa communauté. Un roman qui fait rire et réfléchir, c'est pas toujours facile mais Anthony McCarten a réussi son coup ! Good job !


Funny Girl, traduit de l'anglais par David Tuaillon, Anthony McCarten. Piranha (2015). 350 pages. 18€.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire