3 février 2016

Comment s'en mettre plein les poches en Asie mutante - Mohsin Hamid

« Avec leur prétention à sublimer le chétif être humain et à reformuler les simples définitions en concepts largement abstraits, les idéaux ne sont-ils pas par nature dirigés contre l’égo ? »


L’auteur intègre son histoire dans un pays qu’il ne nomme pas mais qui ressemble furieusement à son pays d’origine, l’Inde, ce pays-continent qui fourmille - littéralement - de monde. Il nous présente son héros - qu’il ne nommera pas de toute l’histoire au contraire des personnages secondaires - à l’aube de sa vie et nous raconte sa vie jusqu’à son décès, bien des années plus tard. Cette petite particularité s’explique par la narration inhabituelle utilisée.
Le roman est écrit à la deuxième personne du singulier (tu), sous la forme d’un (vrai) manuel de développement personnel sur comment gagner vite et bien de l’argent de façon  pas toujours légale. Chaque chapitre correspond, à la fois, à un conseil offert par l’auteur à son personnage mais aussi à un moment ou changement important de la vie de celui-ci. Cette idée de mettre en pratique ces conseils très avisé au fur et à mesure qu’ils sont offerts promet des moments d’anthologie.
La façon dont le narrateur s’adresse à son personnage est toujours d’une incroyable ironie, l’attaquant sûrement mais gentiment sur les points qui marchent pas dans sa vie. On suit avec plaisir les pérégrinations de ce mec pas toujours très doué, pas toujours très débrouillard mais toujours plein d’espoir envers sa bonne étoile. De peintre en bâtiment à magnat de l’eau en bouteille, il va passer par une multitude de jobs.

Pastichant avec force humour les livres de développement personnel, Mohsin Hamid nous offre un roman critique sur la globalisation grandissante du monde qui nous entoure tout en se marrant éhontement de la population de son pays natal.
How to get filthy rich in rising Asia, traduit de l'anglais (Pakistan) par Bernard Cohen, Mohsin Hamid. Le Livre de Poche (2015). 234 pages. 6,90€.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire