25 mai 2016

La fille au revolver - Amy Stewart

« Je me suis armée d'un revolver pour nous protéger, et très vite, j'ai eu l'occasion de m'en servir. »

Début XXe, dans l'Etat de New-York. Constance Kopp et ses sœurs, Norma et Fleurette, vivent à l'écart du monde jusqu'au jour où leur calèche est percutée de plein fouet par une automobile. Dans le but de récupérer les frais de réparation, Constance va aller toquer à la porte du conducteur, un certain Henry Kaufman. Elle n'aurait sûrement pas du... Inspiré d'une histoire vraie. Ce qui semble être qu'un simple litige est en fait le début d'une histoire pleine de rebondissements mettant en scène une femme qui n'entre pas dans le moule de ce début de siècle (mes préférées). Les premiers chapitres sont un peu long à se mettre en place, les trois filles semblent être un peu dans la falaise mais les choses bougent assez vite. Lorsque Constance décide d'aller chercher l'argent du remboursement, les événements sérieux commencent.
Ce roman m'avait fait de l’œil à sa sortie chez les Grands Détectives de 10/18 (un gage de qualité s'il vous plaît) alors je me suis laissée tenter très vite. Une de mes bonnes idées du mois. J'ai adoré suivre ces trois sœurs – enfin presque – aux caractères si différents et aux aspirations divergentes. Je me suis inquiétée avec elles, j'ai eu de la joie, du bonheur, de la peur aussi, bref j'ai vécu cette aventure avec elles. Leurs protecteurs tout comme leurs ennemis sont des personnages à ne pas oublier. Henry Kaufman donne envie de lui cracher à la face, un être détestable au plus haut point, alors que cette jeune et jolie Lucy m'a attendri et j'ai espéré avec elle que tout finisse enfin bien pour les mal-nés.

Cette histoire est aussi et surtout l'histoire de comment Constance Kopp est devenue la première femme shérif-adjoint des États-Unis, à une époque où les femmes n'avaient aucun droit sur elles-mêmes. C'est l'histoire de comment sa sœur et son frère vont tenter – pas trop férocement non plus – de la convaincre de ne pas se faire remarquer mais pas que. C'est l'histoire du combat de cette femme pour protéger sa famille à tous prix. Amy Stewart a réussi à réunir les trois choses que j'aime le plus dans un roman : une époque restituée avec brio, par le vocabulaire usité ainsi que par les événements décrits, un personnage féminin fort qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et des rebondissements qui tiennent le lecteur en éveil, qui veut savoir ce qui arrivera à la page suivante. Si comme moi, ces trois éléments – ou l'un des trois – est indispensable à une bonne lecture, n'hésitez pas. Constance, Fleurette et Norma vont vous charmer à coup sûr.

Girl Waits with a Gun, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Elisabeth Kern, Amy Stewart. 10/18 (2015). 479 pages. 8,80€.

3 commentaires:

  1. Ce n'est pas du tout le genre de roman vers lequel je me tourne habituellement mais ta chronique m'a donné très envie de le découvrir. Tout comme toi, j'adore les romans dont l'intrigue prend place au début du siècle.

    RépondreSupprimer
  2. Il est dans ma PAL, il me tarde de le découvrir !

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup les histoires avec des femmes fortes, donc pourquoi pas! :)

    RépondreSupprimer