3 juin 2016

Pique-nique à Hanging Rock - Joan Lindsay

« Ce qui versait de l'huile sur la flambée des commérages et des horreurs qui allaient être révélées par la suite. »

14 février 1900. Lors d'une escapade, trois jeunes filles d'un chic pensionnat australien disparaissent en même temps que leur maîtresse. Commence alors un bouleversement sans précédent dans cette petit communauté tirée au couteau. Plus disponible depuis les années 1980, ce roman vient d'être republié dans la collection « Biblio » du Livre de Poche pour notre plus grand plaisir.
Écrit en 1967 par une femme qui s'est inspirée d'un fait divers de l'époque, fait qui s'est déroulé alors qu'elle n'avait que 3 ans. Entrant avec brio dans cet atmosphère post-victorienne du début du siècle, Joan Lindsay nous conte une histoire pleine de secrets, de remous et qui n'offre pas toujours toutes les réponses demandées. Avec ce postulat de départ, on aurait pu croire aux prémices d'un roman policier victorien mais rien de tel. La disparition des filles finit, au gré des pages, par devenir une simple excuse pour écrire cette histoire.
C'est un superbe roman à l'atmosphère gothique dont chaque personnage est important, intéressant. Ils ne laissent pas indifférents, qu'ils soient sympas ou pas du tout. L'effondrement de ce petit monde, doucement après l'événement est le centre de l'histoire dont la principale protagoniste est Mrs. Appleyard, la directrice du pensionnat. Il est impossible de l'apprécier face à son caractère implacable et ses cachotteries. Cachotteries qui enveniment les choses. Face à elle se trouve les filles du pensionnat, pleines de vies et de questions. Des jeunes filles auxquelles on s'attachent.

Le roman explore avec brio les réactions des jeunes filles du pensionnat, des membres du personnel mais aussi de plusieurs inconnus qui se retrouvent lié à ce mystère malgré eux. On retrouve beaucoup d'ironie dans la description de ces personnes au mode de vie « chic » lié à une description poétique et superbe du bush australien. Pour tenir son lecteur en alerte, l'auteure utilise de nombreuses expression invoquant des événements encore non-arrivés. Certaines scènes sont, de plus, très fortes psychologiquement parlant.

Picnic at Hanging Rock, traduit de l'anglais (Australie) par Marianne Véron, Joan Lindsay. Le Livre de Poche (2016). 320 pages. 7,30€.

3 commentaires:

  1. Ah il me le faut !!! La grande question : en français ou en anglais ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La traduction française est vraiment bonne alors la question se pose vraiment ! Essaye en anglais, je suis sûre qu'il doit être encore meilleur en version originale ;D

      Supprimer
  2. Et hop, dans la WL ! ! Une petite halte avant de passer dans ma PAL, je crois ! Ce roman a l'air génial, merci pour la découverte, Ollie ! ^^

    RépondreSupprimer